Archives de Catégorie: Actualité

Tout Nues et tout bronzé !

Nues a déménagé > retrouvez tout Nuesblog (billets & enquêtes, brèves & lectures croisées, photos, ronds dans l’eau, podcasts & vidéos) a une seule et même adresse :
www.nuesblog.com 


et fil d’agrégagtion/syndication >
http://www.nuesblog.com/backend.php3

A tout de suite 🙂

Publicités

Clearstream files > Gergorin did it ?

Canardenchaine

Le Canard Enchaîné à paraître demain lève un voile > Reuters / L’Obs / La Tribune / ChallengeLibé ont déjà repris l’info en cœur, 20 mn après publication de cette dépêche… Méthode Cauet Couet ?

EDIT > Le lendemain, c’est François Hollande sur Europe 1 qui exige le départ du gouvernement.

Dominique de Zéro [DDV 2.0]

Dontkilltheman_by_aldamir"Les ministres échangent beaucoup de coups de téléphone depuis hier. Dans leurs conversations revient ce qu’ils présentent désormais comme une certitude: Jacques Chirac a pris sa décision, il va se séparer de Dominique de Villepin.

[img] Le président de la République considère, selon l’un de ses confidents, que son premier ministre n’a plus les moyens de relancer l’action gouvernementale, qu’il n’a plus l’autorité pour imposer ses choix à ses ministres, qu’il n’a plus la crédibilité pour les expliquer à l’opinion publique. Un ministre assure que l’épisode du CPE avait déjà condamné le chef du gouvernement dans l’esprit de Jacques Chirac, l’affaire Clearstream ne faisant que renforcer ce qui était déjà acquis.
A ce propos, le président de la République a confié son trouble à l’un de ses interlocuteurs, jeudi, à l’issue de la conférence de presse mensuelle du premier ministre. Le chef de l’Etat a jugé que compte-tenu des différences entre sa version et celle du général Rondot, compte-tenu aussi des variations dans ses propos successifs, notamment sur le fait que le nom de Nicolas Sarkozy ait ou non été cité lors de la fameuse réunion du 9 janvier 2004 – le maintien de Dominique de Villepin a  Matignon n’était plus possible.
Quand opérer le changement? Au profit de qui? Dans les sphères du pouvoir, il semble acquis qu’à défaut d’être immédiat, le chef de l’Etat semblant vouloir ménager les apparences, le remplacement devrait tout de  même intervenir au plu tard d’ici à la fin du mois de mai. Quant au nouveau titulaire du poste, tout le monde en est aujourd’hui réduit aux conjectures.
Personne n’écarte l’hypothèse de voir le chef de l’Etat en appeler à Nicolas Sarkozy, lequel alors serait confronté à une équation très complexe. Un ministre avance un autre pronostic. "Le seul souci de Jacques Chirac, ce sera d’avoir la paix", dit-il. Ce qui dessinerait selon lui le profil d’une personnalité aujourd’hui en retrait et jouissant d’un lien personnel solide avec Jacques Chirac.
Alors qui? Si vous avez des idées, allez-y… "

"Une brume épaisse s’est installée, ces dernières heures, sur la scène politique. Une tentative de clarification parait donc bien venue.

VillepartPrié de commenter, hier, les rumeurs concernant un départ du premier ministre [ndlr > j’ai personnellement appelé l’Elysée en leur demandant de ‘démentir ces rumeurs’ ce que ‘l’attachée de presse’ a refusé de faire] l’entourage du président de la République a dit ceci: "Le président fait une confiance pleine et entière à Dominique de Villepin et  à son gouvernement." L’existence même de ce qui se veut une mise au point vient souligner l’acuité du problème. C’est bien parce que beaucoup de gens doutent de la permanence de la confiance qu’il faut la réaffirmer. Et si beaucoup de gens doutent, c’est donc qu’il y a matière à douter. Au bout du compte, ce genre de phrase dessert celui qu’elle prétend aider. C’est un grand classique de la politique de mourir sous les fleurs. Quand on commence à vous en donner, il faut se méfier. Des fleurs à l’enterrement, il n’y a jamais beaucoup de distance.

Lire la suite

Villepin Out ?!

Demission"L’information selon laquelle Dominique de Villepin démissionne vient d’être communiquée (14h50) à TheBenitoReport. Les consultations au sommet de l’Etat non programmées qui ont lieu aujourd’hui confirmeraient cette information. L’annonce devrait être faite ce soir." Aucun média "traditionnel" n’a à cette heure (15h) relayé cette information, encore non confirmée officiellement.

A suivre… / EDIT 16h30 > En croisant les sources il apparait crédible que cette annonce pourrait-être faite… Au lendemain du 8 mai… / EDIT 17h > Contactés, L’Elysée et Matignon ne font à cette heure aucun démenti. Autres échos : "Mes sources médias démentent sûrement pour ce soir… Villepin est en train de faire une inauguration ou je sais pas quoi en ce moment [ndlr : il est à Provins, en Seine-et-Marne] et on voit mal comment il pourrait démissionner le 8 mai. Peut-être mardi ?" . Contactée à son tour, la rédaction d’Europe 1, au courant de cette rumeur, dément également. / EDIT 18h30 > ce "grand bazar" à l’Elysée, ne serait-ce pas surtout l’anniversaire – 4 ans – de la réélection du Chi’ ? Quoi qu’il en soit, MAM est dans les starting-blogs, le Président de la République recevait ce matin Nicolas Sarkozy alors que cette rencontre n’était en aucun cas prévue et toute la semaine Jean-Louis Borloo aurait oeuvré à préparer la succession de DDV… Wait & see 😉

EDIT 19h10 > Ci-dessous la journée de DDV et les "petits mots" (subliminaux ?) contés par France-Info (entendu au Journal de 19h)

Cliquez ici pour télécharger le MP3

EDIT 20h > Nicolas Sarkozy se dit "prêt pour Matignon" et "capable de démissionner s’il y a d’autres révélations (ndlr : dans l’affaire Clearstream)". Il est étroit ce pas qu’il reste à faire pour penser que cette affaire sert d’abord un homme. Des confidences obtenues ce jour à l’UMP soulignent combien le ministre de l’intérieur est suspecté dans ses propres rangs de ne pas être "blanc-blanc" dans ce dossier. Un internaute écrit ailleurs "sommes-nous pris en otage par un homme, tout un pays, son premier ministre et son président, tous plus qu’affaiblis, par un seul homme ?" Souriez, vous êtes gouvernés… Enfin presque. Une prise de parole de Jacques Chirac est attendue dans les 72h.

Le mot de la "fin" est à concéder à Dominique De Villepin : "Vous n’avez pas un petit pavillon à vendre ?" a-t-il à une femme devant une agence immobilière, jouant à la "tentation de Provins" avant de confier un peu plus loin : "Ça fait du bien de s’intéresser à de vraies choses." / La suite sera updaté dans les commentaires… Et bientôt remixé !

Cette note a été actualisée en temps réel ce jour.
[décryptage par LeMonde & rappel Clearstream]
[ci-après "contexte" : presse et commentaires]

Lire la suite

RondoT Veneziano (en famille)

Rondot"Rondo’ Veneziano est une formation musicale dont le style, directement inspiré de la musique classique, associe néanmoins des instruments modernes comme la batterie ou encore le synthétiseur. Les musiciens jouent en costume 18° à chaque représentation".

Aujourd’hui, en France, Le Monde, organe de presse d’une éternelle gauche d’opposition, joue son avenir [cf. "lire la suite"] dans ce Chiracgate qui ne dit pas son nom (que DSK ou El Pais comme la presse internationale n’hésitent pas eux, à qualifier de "Watergate"). Le général Rondot et l’improbable formation musicale de l’échiquier politicien national, directement inspirés et dans la lignée de la musique classique politique de la 5° République, associent des instruments modernes comme la batterie Sarkozy ou encore le synthétiseur De Villepin à une cacophonie médiatico-affairiste vue-revue-et-jamais-corrigée sous la houlette d’un chef d’orchestre à bout de souffle, président plébiscité par défaut d’un pays à la cocarde récurrente. Les musiciens [le gouvernement] jouent effectivement en costume 18° à chaque représentation.
Le pays menace de prendre d’assaut cet opéra de la Bastille ministérielle, mort-né ou agonisant, suivant le point de gué d’où l’on se place. Cette représentation inédite se joue dans la valse de cette dernière année présidentielle et sur fond d’un véritable scandale beau comme un Enron tout neuf  : notre système financier international, fruit d’une mondialisation aux seuls tenants capitalistiques, qui sert plus souvent de lessiveuse à "Dirty Money" que de moteur ou d’élan à progrès, j’ai ici nommé Clearstream.

Clearstream n’est qu’un maillon de ce système, caricatural et dénoncé depuis le début de l’année 2001 par Denis Robert (et d’autres), dans la foulée de sa prime-enquête [en 1996, Denis Robert réunissait sept grands magistrats anti-corruption pour lancer l’Appel de Genève pour un espace judiciaire européen. Cet appel fait l’objet d’un livre ‘La justice ou le chaos‘, paru la même année] et du livre-bombe Révélation$ qui conduisit à une enquête parlementaire sur le blanchiment d’argent, présidée par Vincent Peillon et Arnaud Montebourg [de ces développements, Denis Robert tira un second récit ‘La boîte noire‘ et un second film diffusé par Canal+, L’affaire Clearstream].


Thekiss

Le combat de coqs qui oppose les deux lobes de notre actuel gouvernement bicéphale a conduit "on ne sait qui mais vous finirez par le savoir" à glisser dans des fichiers éponymes gracieusement communiqués par un "corbeau" quelques noms (grands dirigeants et politiques, de multinationales et PME aussi célèbres que Lagardère ou l’UMP pour ne citer qu’elles), listing à faire bander n’importe quel magistrat. En mai 2004, le juge Renaud Van Ruymbeke, chargé de l’enquête sur la vente des frégates de Taïwan (une autre perle de malversations) avait reçu une lettre anonyme citant des numéros de comptes bancaires allant déjà en ce sens. Rumeurs, luttes de pouvoir, gros sous : "et là, c’est le drame".

Depuis, l’exécutif français est en sursis. Depuis quoi ? Depuis que cette affaire, véritable mine antipersonnelle, a fait imploser le deuxième pied d’un gouvernement dont brushing-premier avait déjà suicidé l’autre d’une balle à fragmentation Conçue Pour Exister. La suite ? Un champ de course où étalons et porteur(s) de talonnettes parient sur une issue inéluctablement tragique. Péril dans la Maison République… Car quelle qu’elle soit, cette ruée vers le poste sacré et l’enlisement de celui qui occupe le trône-France avec insistance pour une insoignable constipation [j’ai pas dit constitution] mêlée d’incontinence-lasse est d’ores et déjà une tragédie pour le pays. Cette République que l’on dit Royaliste à ses heures et dont la petite musique ressemble chaque jour davantage à des orgues tapageurs de quelque barbarie exaspérée est à bout de nerfs. Le gouvernement ne s’en remettra pas, ne doit pas s’en remettre. Le chef de l’État sans doute pas plus (quoi qu’un Bush n’ai "même pas" souffert d’un Fahrenheit 911, ce qui est quand-même extraordinaire).

Et nous ? Supporterons-nous longtemps ces jeux de dupe ? Nous soulèverons-nous, ou tendrons-nous vers cette dorénavant célèbre Tentation de Venise ? C’est vrai, non, "ceux qui n’aiment pas la France n’ont qu’à (…)" ? Fut un temps ici on coupait des têtes. Et si on coupait déjà et plutôt le (ce) mandat présidentiel ? Et temps qu’on y est, rendons le non-cumulable, dans le temps aussi. La France a besoin d’air frais. Pas de l’air vicié de ces extrêmes ni de celui rance de quelques populistes.

– "Dis, Maman France, je peux voter s’il te plait ?
– Pas tout de suite mon amour, fini déjà ton Clearstream."

Lire la suite

Mercredi 3 mai 2006, 20h00…

Teaserpoliticshowok2_1

Comme promis, mercredi vous en saurez plus sur cette ambitieuse première que sera le PoliTIC’Show
Abonnez-vous > http://blpwebzine.blogs.com/politicshow/index.rdf
et rendez-vous ici > www.politicshow.net 😉

Jeux de Go

Parlons "stratégie".
Internationale. La Chine finance la Rébellion au Tchad, partie du Soudan, qui déchire à nouveau le Darfour. Maudit Darfour. Aujourd’hui c’est Ben Laden qui en fait le lieu d’affrontements durables et décisifs entre deux mondes, parmi d’autres leçons de morale radiodiffusées. Plus près de nous encore l’Iran de Mahmoud [notez que les Mahmoud sont en vogue, un Abbas président palestinien, un Al-Machhadani premier ministre irakien et  le diabolique maigrichon va-t-en-guerre Ahmajinejad en Iran] continue plus que jamais d’être le fou des rois, menaçant de bloquer le Détroit d’Ormuz, par lequel transite un cinquième de la consommation mondiale d’or noir. Entre autres menaces illuminées qui rendent chaque jour plus probable un assaut ricain de plus (de trop ?). Au milieu se joue le pari nucléaire. Celui du nucléaire de l’énergie. Celui du nucléaire des génocides. Et pour fêter les 20 ans de Tchernobyl, Vinci et Bouygues célèbrent d’avance le second sarcophage (le premier qui avait coûté la vie à de milliers d’ouvriers russes fuit chaque jour davantage). 505 millions de dollars sont à la clef. Pendant ce temps Népal et Nigeria s’enfoncent dans le chaos. En terme de géostratégie Nigeria signifie "brut" (on parle énergie) et Népal signifient "déstabilisation de la Chine". Cette même Chine dont l’énergie est encore constitué à 80 % de charbon brûlé. Ce que l’on fait de plus polluant. Cette même Chine envahit cette semaine (et pour la huitième fois cette année) par le nuage de sable du désert de Gobi : 10 000 km² gagnés chaque année, une avancée qui n’est même plus freinée par quelque barrière verte que ce soit. Pékin sera, cette semaine encore, recouverte des centaines de milliers de tonnes de sable et l’on tirera à nouveau quelques fusées pour que de rares gouttes rincent les villes. Sur TF1 l’on planche déjà sur les fictions qui montrent Paris envahie par cette plaie et autres cataclysmes. Les allégories sont à la mode à la veille des grandes migrations, notamment US.


GoStratégies nationales ensuite. Bernard Kouchner annonce (confirme ?) sa candidature, soutient parallèlement Ségo et demande de véritables primaires à gauche (des primaires ouvertes à TOUS – que j’appelle également de tous mes vœux et qui resteront vraisemblablement une utopie). Kouchner ? C’e n’est ni plus ni moins que le plus populaire des hommes politiques français. Un ennemi de la langue de bois qui paiera longtemps sac de riz et absence de fief électoral. Reste que dans un gouvernement Ségo (centriste ?) il pourrait prendre la place actuellement vacante ou bafouée, celle de la Chancellerie, celle de l’incompétent Douste. A 24 et 29 points de satisfaction Chirac et son lobe droit dissolutoire (le gars qui n’a pas démissionné, pour garder la main sur la honte Clearstream) battent tous les records d’impopularité. A leur [extrême] droite l’on ne doute plus un instant d’un scénario "façon 2002". Dans la saillie béante un hyperactif autoritariste drague les masses avec un talent rare. En socio-stratégie l’on pourrait qualifier la situation de "mat". La 5° république, en échec, joue des coudes face au fous et au tours qui, de biais ou de face, s’apprêtent à un assaut qui attendra s’il le faut la rentrée. Difficilement plus. Profitons des beaux jours, tous ces calculs, jeux de Go et stratégies de comptoir pourraient assombrir la suite. Au fond, je ne vois pas comment il pourrait en être autrement. A ce rythme demain n’est plus si loin.