Il faut mettre le prix à l’étrier !

Villepintf1Attiré par la sortie tout sourire de Nicolas gambadant à vive allure en compagnie de son nouvel ami Jean-Louis abhorre-l’eau, je me suis arrêté et rapproché de ce petit écran télévisité. "Bonsoir Poivre" dit une salière en forme de diplomate, ou peut-être l’inverse. Amaigri, apparemment à bout de force mais beau dans l’épreuve, la voix et la silhouette usé de Dominique ont surgi chez moi. L’homme était maquillé comme un jeune premier. A mon grand étonnement, celui-ci m’est apparu sympathique pour la première fois depuis fort longtemps. Et là, le grand s’est emballé. N’en laissant pas placer une à un PPDA fatiguant de mollesse il a déployé ses ailes et son discours, ses propositions, mis en branle la machine à "prendre la France". Jusqu’au lapsus. C’est que Dominique fait de plus en plus de lapsus. A croire que ce n’en est pas. Souvenez-vous de la "décision" du conseil constitutionnel devenue "démission". Et j’en passe. Le grand l’a donc dit : "il faut mettre le prix à l’étrier". Sinon l’étrier il est pourri, on se casse la gueule ou au mieux on blesse la bête. Pas con le Dominique. Et c’est vrai qu’en matière de politique de l’emploi il faudrait y mettre le pied, ou le prix.

Chirac_berlusconiDomi en a fait une autre, de bourde. Une que tout le monde fait en ce moment : "23% des jeunes sont au chômage". Bah non. Justement non. Ce ne sont pas 23% des jeunes qui sont au chômage, ce sont 23% des jeunes qui ne sont pas ou plus scolarisés. Et c’est vraiment pas pareil ! Le nombre de français de 15 à 24 ans qui sont au chômage est de 7,8%. Soit un peu moins que la moyenne européenne (8,2%). Tu vois bien Dominique que même en les répétant à loisir de fausses stats n’en deviennent pas des bonnes. Pire, cela déplace dangereusement le problème. M’enfin. On aura appris des trucs ce soir. Des trucs dignes du Pipotron. La définition de fiasco ? Reculade devant la rue ? Non. "Sortie de crise concertée" (cf: CIP, Réforme des Université, du Bac, CPE etc). L’ennemi juré et gravé dans le marbre, de la flexibilité ? La peur de la précarité. C’est marrant, j’aurais juré que ces questions étaient plus complexes. M’enfin…

JeanlouisMe reste sur les lèvres cette impression amère. Et si le grand n’avait réellement jamais voulu se présenter à la Présidence ? Si sa mission lui tenait vraiment à cœur ? Si le Jean-Louis l’avait vraiment planté pour une bouteille ou un hyperactif dodelinant ? S’il y avait vraiment mit ses tripes dans cette bataille ? Et s’il se sentait prêt à la mener de front, encore ? C’est comme un ami qui serait follement amoureux d’une ou d’un autre ami et dont vous savez qu’il court à l’échec mais y va avec passion. C’est triste. Un ami qui va dans le mur, ça ne laisse pas indifférent. Bon, là ce n’est pas un ami. Mais le mur c’est un peu nous. Il va nous faire du mal, le con, a vouloir encore bien faire…

Edit > a écouter et a voir : "Chez ces gens-là"

Publicités

4 réponses à “Il faut mettre le prix à l’étrier !

  1. Sur ce coup là, je souhaite rebondir à une de tes interrogations : « Si sa mission lui tenais vraiment à cœur ? »
    Et bien, pour ma part, j’ai toujours cru que son seul objectif était le suivant : faire quelque chose de bien pour l’emploi, et celui des jeunes en particulier (concernant le sujet du CPE).
    Et oui, ce grand gaillard qui s’en ai pris plein la tronche depuis quelques mois m’a toujours paru sincère, et ce doit d’ailleur être la seule raison pour laquelle je ne le blâmerai pas. J’aurai pu le blâmer de n’avoir pas su gérer une crise – pourtant annoncée dès le début du mouvement-, mais je ne le ferai pas parce qu’après tout, Dominique, il fait son boulot comme il peut.
    Oui je suis indulgent, mais non je ne crois pas que cet homme soit le seul responsable de tout ce fiasco gouvernemental.
    En fait, si je devais blâmer quelqu’un ce serait le PS, parce que à cause d’eux que nous en sommes arrivé là. Si ils avaient su, lors des dernières élections présidentielles, être un peu moins individualistes et penser à la république, ils auraient certainement agi dans l’intérêt commun en présentant une force d’opposition plus soudée et plus persuasive.
    Car aujourd’hui, si Dominique s’est senti pousser des couilles, c’est parce que l’UMP a les pleins pouvoir (j’exagère je sais) et que face à lui il n’y avait rien de significatif pour entamer un réel débat constructif.
    Je suis loin de défendre ce petit bourgeois, mais souhaite rappeler que, jusqu’au prochaine élection, si il faut s’en prendre à quelqu’un, c’est surtout aux détracteurs qui rejettent sans proposer et qui, jouissant d’une mémoire courte, ont oublié que la situation actuelle est principalement due à leur incapacité à prouver leur crédibilité.

    P.S.: non je ne vote pas UMP, mais je ne vote plus non plus PS parce que bien que croyant encore en leurs idées, je ne crois plus en eux.

  2. Pierre > je ne crois pas que l’on se connaisse, je profite de cette volontaire parenthèse pour te remercier de la qualité de tes interventions. Il est tard, je suis en conf’ call, mais j’ai bien noté que cela fait mon deuxième comm’ en retard te concernant 😉

    je reviens sereinement demain !

  3. Nicolas > d’abord merci pour ce compliment, premièrement parce que ça fait toujours du plaisir, et deuxièment parce que ça me rassure quant à ma capacité à faire comprendre ce que je pense. Ensuite je ne crois pas non plus que l’on se connaisse car j’ai débarqué sur le net depuis peu, mais ravi de faire ta connaissance:)

  4. HOW TO MARKET CASABLANCA

    Une manière de vendre le Maroc à un publique anglosaxon est de jouer sur le nom Casablanca qui est connu par plus de 90% des américains. Nicolas vient de me transmettre à ce sujet un lien intéressant :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s