Les médias ont peur !

Les médias ont peur. Du gratuit. De leur actionnariat également. D’abord de leur actionnariat. Voyez ce dossier sur le 11 septembre ou celui à suivre sur le nucléaire militaire français que je me retrouve à "devoir" travailler. Seule mon absence de carte de presse le permet…

Très récemment, hier pour être plus précis, nous avons eu la démonstration de ce qui se joue dans la gratuité et l’exigence de rentabilité paradoxale de l’information :


round 1 > Philippe Martin me "ping" ainsi que Laurent Gloagen (qui en fait tardivement une brêve) concernant ces nouveaux éléments "plus que troublants" sur September Eleven. [historique ici, aussi]
round 2 > toute l’après-midi de samedi je tente de comprendre, je visionne les vidéos communiquées, puis d’autres, collecte les sources, croise les docs et échange avec de sérieux interlocuteurs de la crédibilité déroutante de ces nouvelles analyses, contrairement aux affabulations passées sur ce même dossier.
round 3 > je décide de diffuser cette info. Puis Laurent dans l’élan, comme dit précédemment.
round 4 > Carlo Revelli [ndlr : fondateur d’Agoravox] avec qui j’avais échangé lors de cette première enquête décide après un travail de fond de publier cette info… En Une d’Agoravox, premier média citoyen français, des milliers de lecteurs par jour, des centaines de commentaires par article chaud, plus de 1500 auteurs dont des journalistes, scientifiques… Même Morin y écrit !
round 5 > nous sommes lundi, et Loïc décide de publier l’info (avant de supprimer l’article). Sans vraiment y réfléchir à deux fois ni, et il l’avoue, regarder les reportages (ah! chronophobie moderne, ce que tu nous coûtes !). Je reviens sur Loïc (Le Meur s’entend) un instant, le porte drapeau de la blogobulle. A sa place et représentant donc Six Apart – typepad je n’aurais pas publié ce papier. Pas du tout. Vue de la Silicon Valley la  médiocre et récente levée de fonds pour un douzième round (je crois) avouée avec près d’un mois de recul par rapport à la diffusion de cette information sur nos propres blogs, sonne le glas prochain d’un Typepad dont les futurs acquéreurs-boursicoteurs ne misent pas sur le grand public, loin s’en faut. Aussi sortir un tel lièvre dessert durablement l’avenir de la société. "Touchy pour Loïc", oui !
round 6 et qui s’est joué en parallèle > J’ai "pingué" quelques dizaines de journalistes et responsables de rédactions de nos grands quotidiens et autres médias traditionnels samedi. Aucune réponse. Silence radio. C’est le cas de le dire !
round 7 > j’ai un dossier sous le coude sur le M51, le nucléaire militaire français. La presse ne peut s’y intéresser (l’actionnariat de la presse française est, pour ceux qui l’ignoreraient, essentiellement composée de vendeurs d’armes, au-delà d’autres qualités). Greenpeace brûle de tant d’infos sensibles non diffusées… je vais m’y coller.

Press_liberty

[image] Alors, débriefons… Qu’avons-nous vu là ?

° Des médias qui ne peuvent pas (et ne veulent pas ?) mettre un orteil dans un dossier bouillant qui, hormis notre zèle, n’a aucune raison d’être d’actualité ce jour en France. N’est ce pas Corinne (on en reparlera) ?
° Un chef d’entreprise enthousiaste qui se rend compte in-extremis, mais trop tard, que l’info qu’il divulgue, si elle est cautionnée par un validateur (j’entends par "validateur" un média ou un leader d’opinion crédible ne serait-ce que par son audience et sa représentativité) est une véritable bombe. Et tout autant pour lui si celle-ci s’avérait être un canular hors norme.
° Des citoyens (oui, ce mot irrite à la longue, je l’admets) blogueurs qui, gratuitement, relaient et mettent à disposition du contenu (en pleine loi DAVSI , notez l’importance symbolique). Eux n’ont pas d’actionnaires, pas de comptes à rendre à d’autres qu’à leurs lecteurs. Exigeants également. Ceux que l’on pourrait caser dans cette boite absurde ou pratique du "journalisme citoyen" s’y collent. Via Agoravox, l’info est dorénavant disponible sur Googlenews, Yahoonews et comparses.

Alors quoi ? Alors, l’info est passée. Bonne ou mauvaise, cette initiative de mettre à disposition ET ses doutes (n’en déplaise à Versac) ET les éllements recueillis sont sains. Pour la liberté d’expression, chaque jour d’avantage d’actualité, pour celle de la presse, ou plus exactement pour mettre en relief son absence de liberté, pour nous qui bloguons (etc). Comme le rappelle Carlo dans son article, la relaxe de Christophe Grébert, de Monputeau.com,  n’est pas loin. Doit-on libérer la parole publique ? Peut-on l’y encourager ?


C’est cette deuxième question qui justifie cet article (oui, c’est tellement long que l’on dirait du Kesher :). Je me demande sincèrement s’il n’y a pas un modèle, une mode, un moyen donc un outil à "inventer" ou à initier afin d’encourager l’évolution vertueuse de la diffusion d’information indépendante et sans pression extérieure. Car cet outil existe. Mais au pays du "blog for nothing", il est "kitch", presque mal vu, forcément un peu honteux : le don, le don par "paypal", en tout cas pour ce qui concerne la blogosphère dans l’état actuel des moyens sécurisés permettant d’effectuer simplement une transaction financière. Le mot est jeté : financier ! Le grand Satan. Celui qui a tué la presse libre, qui a vérolé la télé. Le diable argent. Permettez l’audace ou la bêtise de mon point de vue : je pense qu’il faut se battre avec les armes de son temps. Et avec celles de l’ennemi. L’argent peut aussi accompagner cette "révolution" que ne comprennent ni nos ministres, ni nos majors, ni nos conseils d’administration de multinationales de la culture bas de gamme et de l’info passe-partout.

Luv_newspaper[img] Imaginez… "Moi je paie pour lire… Parce que je le veux bien !"
Imaginez décréter que ce qui est gratuit n’a pas pour autant aucune valeur, ne serait-ce que marchande. La précision a ici son importance.
Imaginez décider de votre propre chef de rémunérer un auteur au prorata de vos moyens, de votre envie, de l’attention et de l’intérêt qu’il a su éveiller.
Imaginez fixer votre prix pour votre plaisir, votre culture, votre information, votre ouverture d’esprit, vos ballades virtuelles.
Imaginez tout simplement juger pertinent de payer spontanément à qui que ce soit qui à vos yeux en vaille la peine un "abonnement virtuel", puisque c’est de cela dont on parle : de lui verser (ou non) une somme, même dérisoire, en contrepartie de son travail éditorial, artistique, et d’autres encore.


En plein débat sur la gratuité (ou non) et autres paiements forfaitaires systématisés des contenus sur le web – en particulier mais pas seulement – du "tout payant", "tout marchand" au quotidien et du "gratuit" financé à grands coups de publicités envahissantes, prenons l’initiative ! Décrétons NOS lois du marché de la matière grise. Rendons à chacun son libre arbitre. Encourageons les auteurs on-line que nous apprécions, soutenons les vraiment, aidons-les à poursuivre leur exercice quotidien afin d’inciter l’ensemble de ce que nous produisons à tendre vers le haut…

Car c’est bien de cela dont il s’agit. Sommes-nous prêts – sur une base de volontariat, seule base solide de tout progrès – à dépenser ce que nous aurions dépensé ailleurs, investir dans une valeur non marchande, porter de nos propres bras le "journalisme citoyen" et l’expression artistique on-line, à ce jour gratuits et sans aucun doute demain menacés, vers plus de qualité ? Plus d’excellence ?

Cet article est une perche tendue dans une mare sans fond. Bien évidemment comme toute utopie, l’abonnement virtuel volontaire ne "prendra pas". Nul ne s’y pliera. C’est qu’il est plus aisé de dire que de faire par sois-même. Comme il est plus aisé de juger le travail des autres que d’œuvrer à sa propre réflexion.

Un jour je vous parlerai de l’élection au suffrage universel de tous les ministres de la République. Un autre jour. A chaque jour suffit son utopie. D’ici-là d’autres tours, jumelles ou non, d’autres journalistes, d’autres belles âmes, et quelques idéaux seront tombés.

Quand les fruit sont mûrs, il faut sans tarder les cueillir.

[EDIT > merci de réagir aux articles en comentaire, ma boite mail explose et les 867% de traffic en plus sur 8 jours n’y sont pas pour rien (source Xiti Pro)]

Publicités

9 réponses à “Les médias ont peur !

  1. salut

    pour réumer ma peensée : oui je paierais pour lire ce que je viens de lire!

    juste un préalable : ne pas le faire à la légère les enjeux sont colossaux (non sur le plan financier mais humain on s’entend bien)

    references sur agoravox :
    http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=8104
    (dommage qu’on puisse pas pointer directement sur le comment)

    au plaisir d’échanger sur la question

    arnaud

    PS : L’URL que j’avais mis en premier est invalide (chez free donc pas de www)
    tu as quelquechose contre les sites perso lol?

  2. Merci arnaud / le lien sur ton nom est-il le bon ?!

    Oui, les enjeux sont colossaux et je m’en rends bien compte. Crois moi quand je te dis que les conséquences immédiates d’investigation de la sorte sur le quotidien sont là pour le rappeler. On ne parle pas impunément de ce dont le silence se régale…

  3. Nicolas,

    C’est un peu avec cet esprit que j’ai fondé La e-Cité, en pensant que cela pourrait aider ceux qui en ont besoin et qui fournissent l’essentiel de leur activité sur la Toile… Dur, dur… 😉

  4. Nicolas

    y’a de toutes façon 2 liens que je souhaite passer à des gens aussi dignes de foi que toi :
    le lien que j’avais mis en premier et qui a été déclaré invalide :
    http://bordeauxstripper.free.fr
    (ma vie underground on va dire)

    le lien qui apparaît au final :
    http://www.etudis.com
    (ma « vraie vie » en principe, mais bon si ce site a donné du taff et des stages à plusieurs milliers d’étudiants depuis 1999, il a jamais nourri son homme)

    @+
    arnaud

  5. Nicolas

    je vois que ta boite mail est overbooked si je suis bien

    je te demande donc en ligne si je peux avoir un moyen de t’envoyer quelque chose qui va en droite ligne de tout ce que tu écrits si justement en qui concerne un sujet bien français.

    @+

  6. José > de petits pas en belles idées je ne doute pas que l’on avance. Et même dans les cas (surtout dans les cas) où la vérité doit vraisemblablement être à mi-chemin entre les thèses officielles et les brulots découverts, je pense que chacun a un rôle à jouer. Celui qui ose sortir l’info et continuer l’investigation. Et celui qui peut lui permettre d’aller plus loin : le lecteur. Au final dans le bal des idées et l’effervéscence de la toile, il en est de même que dans la (triste) économie de marché : le consomma(c)teur a le pouvoir ; si tant-est qu’il le prenne.

    Arnaud > ma réponse par mail 😉

  7. Attention tout de même, on ne peut servir 2 maitres à la fois : si l’argent devait intervenir dans l’information indépendante, il « pervertirait » rapidement ce canal.

    C’est tout le problème d’Agoravox, qui est actuellement (assez) indépendant et gratuit, mais qui deviendra bientôt beaucoup moins libre si l’afflux d’argent attendu se produit.

    Sinon si l’argent tarde à rentrer dans les caisses, on peut penser qu’Agoravox disparaitra sous les coups de la presse « embeded » qui en fait sa cible de plus en plus prisée, de l’anodin Libé à tous les autres « concurrents potentiels ».

    Utiliser la force de l’argent, c’est soutenir les projets et les objectifs des détenteurs de cet argent, de près ou de loin, à court terme ou à long terme.

    Ce qui fait la force de l’argent, c’est justement sa possibilité de perpétuer un projet, une idée ou une offensive dans le temps et d’acheter les forces vives pour réaliseer ses objectifs (généralement des objectifs de domination). Seule une force adverse capable de se perpétuer dans le temps peut lutter à armes égales. Mais cette force reste à définir, le temps est compté…

  8. José > les bisous ? (ok je sors)

  9. je voudrais savoir pourquoi loose change2 n a pas ete diffuser sur les chaines publiques?elle n est passe que sur la chaine planete pendant tout le mois de septembre!cordialement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s