Le Rapport Henri Grouès

Abbepierre00Malgré une augmentation notable du nombre d’habitations mises en chantier de + 13,1 % en 2005 –  niveaux inégalés depuis le début des années 1980 – quelque trois millions de personnes (au bas mot) souffrent du"mal-logement". Les jeunes en sont particulièrement victimes, comme le montre la Fondation Abbé Pierre (FAP) dans son rapport annuel, publié ce mercredi 1er février. Les 15-30 ans "subissent plus violemment que d’autres une double crise", souligne l’association : celle, tout d’abord, du marché du travail. Environ 20 % des moins de 25 ans actifs sont au chômage et dans deux cas sur trois, l’accès à l’emploi est synonyme de contrats précaires pour cette tranche d’âge (ce qui ne va pas s’arranger avec le CPE qui va passer). En 2002, 55 % des jeunes de 19 à 26 ans déclaraient vivre chez leurs parents, des "Tanguy" contraints et forcés (?) ; plus des trois quarts indiquaient "qu’ils n’avaient pas les moyens d’envisager de décohabiter". Au final un nombre grandissant de jeunes sont en errance : plus d’un tiers des personnes sans domicile en France ont entre 18 et 29 ans, alors même que cette tranche d’âge ne représente que 23 % de la population générale. Encore un effort. Allé Jean-Louis… Peut mieux faire !

> Télécharger le rapport de la Fondation Abbé Pierre sur le mal-logement (PDF

Publicités

3 réponses à “Le Rapport Henri Grouès

  1. situation intenable, cercle vicieux, après le rapport l’action j’espère… merci de relayer… et pour lui.. bravo henri !

  2. La chasse aux djeuns. Dans une société où les politiques de 50 ans sont des jeunes, les citoyens de 25 sont des garnements. Dans notre société vieillissante, les jeunes ne sont plus les forces du renouvellement, ils deviennent l’inconnu d’une partie de la population grandissante : le troisième âge. Et l’inconnu fait peur, on l’écarte. Aujourd’hui le « djeun’s » est l’inconnu du politique, l’inconnu des retraités, qui ont un poids de plus en plus important dans l’électorat. Ces bons à rien qu’on n’embauche pas sont aussi les concurrents des prestations sociales : leur RMI concurrence les retraites ; leur allocations chômage les dépenses de la Sécu, majoritaires dans les dernières années de la vie.
    Le chômage a baissé. Et on sait qu’il continuera de baisser. Parce que notre société crée à nouveau des emplois ? Non, une des principales raisons est démographique : parce que la tranche des baby-boomer commence à partir à la retraite.

    Merci Nico pour ce billet. Moi aussi ça me flingue ce discours ambiant. Bises

  3. Malo, Isa > 2006 année en trop dans le calendrier politique français ? Le chomage va mécaniquement baisser (oui !), les profits des entreprises du cac 40 gonnfler encore, la bulle de l’immobilier et des égos politique s’arrondir encore. Et gageons que le volet social lui n’aura pas pris une ride en fin d’année. ça entretient le froid.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s